Emeu d'Australie

Accueil Espèces Emeu d'Australie

Emeu d'Australie

Pouvant vivre jusqu'à 10 ans à l'état sauvage et peser dans les 40 kilogrammes, l'Émeu d'Australie s'est adapté à presque tous les milieux de son île.

Informations générales

  • Nom scientifique : Dromaius novaehollandiae
  • Nom vernaculaire : Emeu d'Australie
  • Classification zoologique : Aves, Casuariiformes, Dromaiidae
  • Statut de protection : Préoccupation mineure
  • Menaces : Pas de menace particulière, les effectifs restent stables
  • Effectifs : 700000
  • Prédateurs : Dingo, Aigle d'Australie


Conservation

L'Émeu est abondant en Australie mais n'a su rester présent, contrairement au Wallaby de Bennett, en Tasmanie d'où il a été décimé par les colons


Éléments remarquables

Pouvant vivre jusqu'à 10 ans à l'état sauvage et peser dans les 40 kilogrammes, l'Émeu d'Australie s'est adapté à presque tous les milieux de son île. Tout ce dont il a besoin c'est d'eau, c'est pourquoi il ne vit pas dans les déserts, et d'espace pour se déplacer, d'où le fait qu'il n'apprécie pas les forêts trop denses.

Tout comme la Grue du Japon, l'Émeu est omnivore et consomme donc de nombreux petits animaux invertébrés ou non. Mais il se nourrit aussi de graines, ce qui a une importance cruciale pour les écosystèmes. En effet, n'ayant aucun territoire et se déplaçant énormément pour trouver de la nourriture, l'Émeu disperse ces graines aux quatre coins de l'île.


Fait étonnant

L'Émeu a une morphologie qui lui permet de passer de longues périodes sans manger quoi que ce soit. Pour se préparer à ces périodes de famine il stocke des graisses en grande quantité qui lui permettra de survivre le moment venu.

Ce moment venu donc, ils peuvent perdre jusqu'à la moitié de leur masse corporelle le temps de retrouver quelque chose à manger ! Cette capacité est également bien utile au mâle car c'est lui seul qui s'occupe de couver les œufs durant huit semaines sans boire ni manger.


D'Émeu d'Australie et d'Homme

Les colons européens ont bien sûr chassé l'Émeu pour sa viande, mais les aborigènes en faisaient déjà autant avant leur installation. Bien après leur arrivée et avec les cultures de céréales si appétissantes, les tensions entre Émeus et fermiers furent toutes autres, mais l'installation de clôtures est un moyen aussi simple qu'efficace de se prémunir de leurs dégâts.

Appréciés pour leur viande, leur cuir, leurs œufs et leur graisse dont on fait une huile qui a servi aux lampes des colons mais qui sert désormais aussi d'onguent cicatrisant ou contre les mots de tête, les Émeus sont désormais élevés jusqu'en Amérique du Nord où plus d'un million de spécimens alimentent le marché.


Jeunes publics

L'Émeu d'Australie, comme le kiwi, l'Autruche, le Casoar ou le Nandou, fait partie d'une famille d'oiseaux qui n'a pas de bréchet (un os sur lequel sont fixés les muscles pectoraux spécifiques à la capacité de voler).

L'Émeu d'Australie est donc incapable de voler, même si l'envie lui en prenait.